Le cirque de Salazies

  1. 01 GV 0075Une des nombreuses cascades du cirque
  2. 03 GV 0076La même vue de plus loin
  3. 02 AV 2783
  4. 04 BH 0861Ce n'est pas une injonction mais une mise en garde car une petite cascade tombe sur la route
  5. 05 AV 2784La cascade de la mariée se divise en plusieurs bras
  6. 06 AV 2785Bonnet de prêtre ou badamier de l'Inde
  7. 07 GV 0081Du canionning sur la cascade du voile de la mariée
  8. 09 GV 0082Encore des cascades
  9. 10 AV 2791La cascade du voile de la mariée
  10. 11 AV 2792Profusion de fleurs sur le bougainvillier
  11. 12 AV 2794Vue sur le cirque de Salazie à partir du belvédère du point du jour près de Hellbourg
  12. 13 AV 2795Le groupe au belvédère du point du Jour près de Hellbourg
  13. 16 GV 0087Pose au belvédère où nous rencontrons une charmante dame qui engage la conversation
  14. 18 GV 0090Superbe régime de bananes avec sa fleur et ses bractées
  15. 19 BH 0883Le rhum Charette qui sert de base aux rhums arrangés et aux ti punch
  16. 21 GV 0096Notre hôtel Le Relais des cîmes
  17. 22 GV 0097Le restaurant Chez Alice pour notre 1er repas créole à Hellbourg
  18. 54 GV 0117L'église de Salazies.
  19. 55 GV 0118Une curiosité de l'église de Salazies, le plafond semble carrelé.
  20. 56 GV 0119L'hôtel de ville de Salazies sous la farine
  21. 57 GV 0120Fontaine à Salazies devant l'hôtel de ville
  22. 58 AV 2827Près du pont de l'escalier, arrêt possible avec très belle vue sur la gorge la rivière du mât
  23. 59 AV 2828La rivière du mât
  24. 60 GV 0122Le pont au-dessus de la rivière du mât
  25. 61 GV 0123Un flamboyant déjà en fleurs

Pour accéder au cirque de Salazies, il faut passer par St André où l’on quitte la nationale 2 pour prendre la D48. Après avoir traversé la rivière du Mât qui sépare St André de Bras Panon, nous traversons Rivière du Mât les Hauts pour entrer dans la gorge qui va nous emmener au cirque de Salazies.

La rivière du mât prend sa source sur les pentes du piton des neiges puis après 34 kms va rejoindre l’océan par la gorge que nous allons emprunter. C’est le seul accès au cirque de Salazies. De chaque côté de la gorge les falaises s’élèvent en pentes très abruptes d’où s’écoulent de très nombreuses cascades dont la plus célèbre « le voile de la mariée ».

Les plateaux qui nous surplombent sont gorgés d’eau non par la présence de retenue d’eau mais par imprégnation de tout le plateau. La proximité de la côte Est et de ses entrées maritimes comme disent nos météorologues expliquent cette humidité, d’où cette profusion de végétation. De chaque côté de la gorge c’est un tapis vert avec de nombreuses forêts de fougères et bambous. Au retour du cirque nous aurons droit à une fine pluie, mais il ne pleut pas il « farine ».

On trouve des secteurs entiers où prolifère le chouchou, légume vert-jaune en forme de poire. Il est devenu le symbole de l’endroit.

Il n’est pas toujours aisé de se garer pour faire une pause photos. Mais à cette occasion, nous avons la surprise de constater la gentillesse des réunionnais. A plusieurs reprises le bus bloque plus ou moins la circulation, et à aucun moment il n’y a un mouvement d’impatience de la part des chauffeurs qui attendent patiemment de repartir. Au passage les occupants d’une voiture nous ont même salués par des coups de klaxon et de grands signes amicaux.

En sortant de la gorge, on passe à la Mare à Poule d’eau puis à une aire de pique-nique : le belvédère de point du jour. où nous pouvons faire une pause plus longue qui nous permet de profiter d’un beau point de vue sur l’ensemble du cirque et de bavarder avec une charmante dame venue pour la journée avec toute sa famille. La côte étant inhospitalière parce que très rocheuse, le seul moyen pour les réunionnais de s’échapper est le pique-nique en montagne, sur des aires comme ici ou encore à proximité de la côte comme l’anse des cascades..

Nous traversons Salazies avant de rejoindre Hellbourg. Vincent compare modestement l’église de Salazies à Notre-Dame de Paris de par sa forme.

La petite ville de Hellbourg paraît un peu triste. Une longue rue centrale et des rues adjacentes qui partent vers la montagne. Nous découvrons d’abord le restaurant (chez Alice) où nous goûtons notre 1er repas créole traditionnel : le riz, les grains (lentilles, haricots, ou fèves) et la viande et le poisson. Naturellement un petit apéritif à base de rhum.

Après le repas, découverte de notre hôtel  « le relais des cîmes » et de nos chambres puis un petit tour en ville où il n’y a pas grand’chose à voir. En fin d’après-midi, Vincent nous propose de découvrir la flore locale lors d’une balade dans les environs. Beaucoup de noms nouveaux à retenir, dur, dur.

Il nous  invite avant le repas à un apéritif pour nous présenter notre parcours et nous offrir notre 1er Ti punch (avec la recette). Extra le Ti Punch, mais l’apéro s’est déroulé dans un jardin et en montagne à 19h il ne fait pas chaud du tout. Le repas du soir est pris dans l’hôtel.

Le lendemain, avant de reprendre la route, Vincent nous emmène visiter les anciens thermes de Hellbourg. Le site se trouve en fond de vallon très encaissé. On y accède par un large escalier d’une centaine de marches. Des thermes, il ne reste que des pans de murs. L’établissement créé en 1852 n’a pas résisté une  cinquantaine d’années plus tard à un glisssement de terrain.

En remontant vers l’hôtel, nous longeons de petites rues sympathiques avec de très jolis villas (cases). Mais il existe aussi de nombreuses constructions à l’abandon. Le village dégage un sentiment de nostalgie. Pour finir la balade nous jetons un oeil au cimetière paysager de Hellbourg. C’est curieux, il est envahi d’une profusion de fleurs qui masquent plus ou moins les tombes.

Puis c’est l’heure de se mettre en route, le car reprend la même route qu’à l’aller. Nous repassons par Salazies où une petite pause nous permet de jeter un coup d’oeil à l’église, mais la « farine » nous décourage de pousser la visite dans les alentours.

Un peu plus loin, un arrêt technique au pont de l’escalier nous permet de voir notre 1er flamboyant, qui bien que nous sommes encore en hiver (la saison d’été démarre en Janvier) est déjà fleuri.

Puis retour vers la côte et arrivée à Piton Ste Rose à l’hôtel la Fournaise.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.